11 avril 2022

Résumé livre "Femme désirée, femme désirante"

  • Home
  • Blog
  • Résumé livre "Femme désirée, femme désirante"

Résumé du livre:  Femme désirée, femme désirante

du Dr Danièle Flaumenbaum

 

Je recommande ce livre à toutes les femmes qui se questionnent sur l'origine de leurs blocages sexuels ou sur leurs soucis d'ordre gynécologique.

Ce livre parle en grande partie :

  • d'énergie sexuelle véhiculée par l'homme et la femme ;
  • des mémoires ancestrales venant interférer avec notre vie sexuelle ;
  • de l'héritage transgénérationnel des mères envers leurs filles concernant la sexualité ;
  • des pathologies gynécologiques et maladies « héréditaires » 
  • des stérilités non expliquées ou grossesses non désirées
  • l'arrivée d'un enfant et la baisse de libido ;
  • la notion de désir et des stimulations aidant la femme à ressentir son corps et son excitation ;
  • des blocages sexuels qui ne sont pas nécessairement de la faute de l'autre.

Si ces grandes thématiques vous intéressent, je vous invite à lire la suite de cet article et bien évidemment de lire le livre qui sera plus complet.

L'énergie sexuelle véhiculée par l'homme et la femme :

Accepter de donner et de recevoir l'énergie sexuelle de l'autre n'est pas tant chose évidente et innée, surtout chez la femme. Pourquoi cela me diriez-vous ? Parce que les garçons ont eu dans leur éducation (pour la plupart) moins de tabou autour de leur sexe. Il peut sembler normal qu'un petit garçon touche son sexe lors de la découverte du corps ou qu'un petit garçon apprenne à tenir son sexe pour aller faire pipi ou pour s'habiller. Dans les mœurs actuelles (même si cela commence à changer), il est davantage « normal » qu'un homme parle de sexualité alors qu'une femme aura tendance à être plus pudique ou réservé sur ces propos. La fille, de par sa génétique, est moins amenée à toucher son sexe et à le regarder, car il est moins visible.

L'homme est donc de génération en génération plus familiariser avec cette partie de son corps et donc il lui est plus « facile » de donner et recevoir cette énergie sexuelle lors d'un coït.

La femme aura tendance à avoir plus de mal et cela va grandement dépendre de la manière dont elle a entendu les femmes parler de sexualité, de leur corps et ceux de génération en génération.

L'idéal serait que les mères apprennent à leurs filles d'être fier de leur sexe, car il est complémentaire à celui de l'homme.

Pour la femme, recevoir SON énergie lui permettrait d'avoir un orgasme par stimulation du clitoris. Et recevoir l'énergie de l'autre lui permettrait d'avoir un orgasme par pénétration.

Des mémoires ancestrales venant interférer avec notre vie sexuelle et le rôle des mères dans la sexualité feminine :

Le périnée serait un lieu de nos mémoires familiales ancestrales. Il jouerait donc un rôle primordial dans la réception du plaisir. S'il se ferme cela pourrait être en lien avec notre éducation familiale et/ou sociétal.

L'héritage transgénérationnel des mères envers leurs filles concernant la sexualité :

Les mycoses pourraient vous indiquer que les femmes de votre famille continuent de vous empêcher d'aimer le sexe. Par exemple, le dégout de votre grand-mère pour le sexe pourrait continuer de vous empêcher de vivre votre sexualité.

Si vous bloquez au sein de votre sexualité, cela pourrait indiquer que vous êtes coincés dans votre statut de petite fille sans pouvoir muter vers un statut de femme.

Il semble important de poser des mots auprès des enfants durant leurs trois premières années de vie pour les aider à mieux se situer dans leur vie, Exemple «  Je vais faire de mon mieux pour t'apprendre à être une fille (ou un garçon). Car pour moi cela a été compliqué. On ne me l'a pas appris et j'apprends toujours à le devenir. »

Le lien à la mère lors de sa mort pourrait avoir de plus grandes répercussions sur sa vie de femme. Si la défusion n'a pas pu se faire et que la fille (même adulte) s'identifie toujours au travers de sa mère, alors lors de la mort de cette dernière, la femme peut tomber en dépression ou ne plus vouloir entretenir de lien sexuel avec son homme, expérimentant alors une perte de sens dans sa vie. Cela pourrait être amplifié si la mère n'a pas fait le deuil de la perte de sa propre mère. Alors, la fille vit plusieurs deuils à la fois.

Des pathologies gynécologiques et maladies « héréditaires » :

Les dysfonctionnements gynécologiques proviendraient souvent de nœuds provenant de nos lignées que le corps aurait gardées en mémoire.

Il est à noter par exemple, que cela ne serait pas « normal » d'avoir des douleurs de règles.

Des maladies gynécologiques peuvent être transmises de génération en génération, car souvent tenues secrètes. Par exemple, des grands-mères ou arrière grands-mères décédées en couche ou ayant connu une accumulation de plusieurs fausses couches non dites ou non verbalisés de génération en génération. Nous pouvons également prendre l'exemple d'un fibrome déclaré deux générations plutôt sans le savoir aux mêmes âges. Cela est appelé « syndrome d'anniversaire ».

 L'arrivée d'un enfant et la baisse de libido : 

Chez certaines femmes l'arrivée d'un enfant provoque en elle une baisse forte de libido. (Outre le changement hormonal puissant) Cela peut provenir du fait que le lien sentimental entre l'enfant et son homme serait identique. La femme alors serait remplie, comblée et ne rechercherait plus le contact avec son conjoint. Dans cette situation, la femme et l'homme doivent se « forcer » à aller l'un vers l'autre pour célébrer sexuellement l'arrivée de l'enfant. Il est important que l'homme reprenne SA PLACE auprès de sa femme.

Des stérilités non expliquées ou grossesses non désirées :

Lorsqu'il y a aucun souci d'ordres organiques pour procréer alors cela peut signifier qu'il y a un blocage psychique chez la personne. Souvent le garçon ou la fille ne s'autorisent pas à quitter sa place d'enfant dans lequel il/elle est contraint(e) de rester enfermé.

Concernant les grossesses non désirées, il y aurait souvent un lien avec une date d'anniversaire :

  • âge où la mère est tombée enceinte d'elle ou de son frère/soeur ;
  • âge où la mère a rencontré son amant ;
  • âge où la mère s'est séparé du père des enfants...

Les grossesses aideraient la femme à se dégager de cela pour naitre elle-même.

La notion de désir et des stimulations aidant la femme à ressentir son corps et son excitation :

Pour vivre son désir, l'homme et la femme auraient un circuit différent. La femme aurait un désir provenant du cœur et qui aurait besoin de descendre dans son sexe et l'homme aurait un circuit inversé pour ressentir pleinement le désir. 

Chez la femme les seins sont des zones très érogènes, pour la plupart. Sauf si l'homme vient téter les seins comme un enfant qui a besoin de lait maternel. Dans ce cas, cela pourrait avoir un effet totalement contre-productif dans le partage d'excitation.

Si la femme jouit par le biais de stimulations clitoridiennes par son homme, elle peut ne plus avoir envie d'aller au-delà. L'orgasme clitoridien lui aurait permis de se reconstituer entant que fille et non femme. La femme aurait besoin de pénétration pour se reconstituer à deux.

Si la femme n'est pas en capacité d'aimer recevoir le sexe de l'homme et prendre du plaisir en l'érotisant (exemple avoir du dégout), alors la mère n'a pas joué son rôle permettant à sa fille de se penser femme, dans un rapport au sexe. Dans l'inconscient, cela pourrait également signifier, que la mère n'aurait pas eu besoin d'un homme pour la mettre au monde.

Des blocages sexuels qui ne sont pas nécessairement de la faute de l'autre :

La rencontre de l'autre permettrait de réveiller en nous une problématique personnelle. Il est également possible aussi que les blocages de l'autre déteignent sur le/la partenaire. Par exemple, un homme ayant des problèmes d'érections peut ne pas forcément rencontrer de soucis. Si la femme n'a pas entretenu « son feu » ou fait place en elle pour l'accueillir, cela peut avoir un impact sur l'érection de son partenaire. Ou alors si l'amour de la femme est trop fort, l'homme pourrait le confondre avec l'amour qu'il a reçu de sa mère. Cela arriverait souvent à l'arrivée de la paternité.

 

Il est important pendant un rapport sexuel de pouvoir profiter de ce que nous n'avons pas. C'est-à-dire que la pénétration permettrait aux deux sexes d'échanger leur puissance vibratoire afin que chacun puisse profiter de ce qu'il n'a pas.

Rester en connexion pendant le sexe est important. Pour ce faire vous devez communiquer sur le ressenti de votre jouissance ou de vos sensations.

Le sexe est, selon l'auteur, source de vie et d'énergie vitale (alors ne vous en privait pas!).

Liens pour acheter le livre :

Fnac : https://livre.fnac.com/a10410347/Daniele-Flaumenbaum-Femme-desiree-femme-desirante 

Cultura : https://www.cultura.com/p-femme-desiree-femme-desirante-9782228917568.html